Ton coeur est fatigué des voyages…

 

femmecoeurvolant

Ton coeur est fatigué des voyages ? Tu cherches
Pour asile un toit bas et de chaume couvert,
Un verger frais baigné d’un crépuscule vert
Où du linge gonflé de vent pende à des perches ?

Alors ne va pas plus avant : Voici l’enclos.
Cette porte d’osier qui repousse des feuilles,
Ouvre-la, s’il est vrai, poète, que tu veuilles
Connaître après l’amer chemin, le doux repos.

Arrête-toi devant l’étable obscure. Ecoute.
L’agneau bêle, le boeuf mugit et l’âne brait.
Approche du cellier humide où, bruit secret,
Le laitage à travers les éclisses s’égoutte.

C’est le soir. La maison rêve ; regarde-la,
Vois le feu qu’on y fait à l’heure accoutumée
Se trahir dans l’azur par une humble fumée.
Mais tu cherchais la paix de l’âme ? Entre : Elle est là.

CHARLES GUERIN

Publié dans poésie | 2 commentaires

UNE CLE

clefancienne

C’est pas grand chose, une clé
Petit bout de métal
Petit objet léger
Et ma foi, bien banal…

Mais cette clé, ma mie
C’est une clé spéciale:
C’est la clé de ma vie
La porte principale.

Je l’ai déjà donnée
Comme clé de bonheur
Mais on me l’a rendue
Comme clé de douleur.

Dans les larmes et la rage
J’ai refermé mon cœur
Pour faire face aux outrages,
Pour faire face à la peur…

Et j’ai jeté la clé
Laissant l’Amour en cage
Lancée hors de portée,
Ça me semblait plus sage.

Mais tu l’as retrouvée,
La clé de mon courage
Mon amour, s’il te plait,
Fais-en un bon usage…

poête inconnu

Publié dans poésie | 3 commentaires

MUSIQUE D ANGELIQUE

 

Publié dans chanson | Un commentaire

CES PASSIONS QU EUX SEULS NOMMENT ENCORE AMOURS

mainvisage

 

Ces passions qu’eux seuls nomment encore amours
Sont des amours aussi, tendres et furieuses,
Avec des particularités curieuses
Que n’ont pas les amours certes de tous les jours.

Même plus qu’elles et mieux qu’elles héroïques,
Elles se parent de splendeurs d’âme et de sang
Telles qu’au prix d’elles les amours dans le rang
Ne sont que Ris et Jeux ou besoins érotiques,

Que vains proverbes, que riens d’enfants trop gâtés.
–  » Ah ! les pauvres amours banales, animales,
Normales ! Gros goûts lourds ou frugales fringales,
Sans compter la sottise et des fécondités !  »

– Peuvent dire ceux-là que sacre le haut Rite,
Ayant conquis la plénitude du plaisir,
Et l’insatiabilité de leur désir
Bénissant la fidélité de leur mérite.

La plénitude ! Ils l’ont superlativement :
Baisers repus, gorgés, mains privilégiées
Dans la richesse des caresses repayées,
Et ce divin final anéantissement !

Comme ce sont les forts et les forts, l’habitude
De la force les rend invaincus au déduit.
Plantureux, savoureux, débordant, le déduit !
Je le crois bien qu’ils l’ont la pleine plénitude !

Et pour combler leurs voeux, chacun d’eux tour à tour
Fait l’action suprême, a la parfaite extase
– Tantôt la coupe ou la bouche et tantôt le vase –
Pâmé comme la nuit, fervent comme le jour.

Leurs beaux ébats sont grands et gais. Pas de ces crises
Vapeurs, nerfs. Non, des jeux courageux, puis d’heureux
Bras las autour du cou, pour de moins langoureux
Qu’étroits sommeils à deux, tout coupés de reprises,

Dormez, les amoureux ! Tandis qu’autour de vous
Le monde inattentif aux choses délicates,
Bruit ou gît en somnolences scélérates,
Sans même, il est si bête ! être de vous jaloux.

Et ces réveils francs, clairs, riants, vers l’aventure
De fiers damnés d’un plus magnifique sabbat !
Et salut, témoins purs de l’âme en ce combat
Pour l’affranchissement de la lourde nature !

PAUL VERLAINE

Publié dans poésie | 2 commentaires

BONNE ANNEE 2017

coeurmusical

Je vous souhaite tous mes vœux de bonheur et de prospérité et surtout une bonne santé, joie et bonne humeur, ce sont des mots simples mais sincère mes amis bloggeurs, je suis revenue un peu cette année et serai plus présente cette nouvelle année, en espérant vous recroisez ici et là. A très bientôt

 

Publié dans chanson | 3 commentaires

LE PLUS BEAU CADEAU

noeltable

Noël ! que nous apportes-tu
Dans tes bras si fragiles ?
Un cheval ? Une automobile ?
Un Pierrot au chapeau pointu ?
Noël, que nous apportes-tu ?

Nous apportes-tu dans ta hotte
Des oranges, du chocolat,
du pain d’épices, des nougats
Des pralines, des papillotes ?
Qu’y a-t-il au fond de ta hotte ?

Des joujoux, bien sûr, c’est parfait
Et c’est si bon les friandises !
Mais, dans tes menottes exquises
Trouverons-nous d’autres bienfaits ?

Noël, apporte-nous la Paix !

Raymond Richard

Publié dans poésie | 2 commentaires

A UN CHAT

chats-maine-coon

 

JOSE LUIS BORGES (1899-1986), écrivain, poète et essayiste argentin, a parfaitement saisi ce qui anime un humain qui aime un chat :

A UN CHAT
Non moins furtif que l’aube aventurière,
Non moins silencieux que le miroir,
Tu passes et je pense apercevoir
Sous la lune équivoque une panthère.
Par quelque obscur et souverain décret
Nous te cherchons. Nous voulons, fauve étrange
Plus lointain qu’un couchant ou que le Gange,
Forcer ta solitude et ton secret.
Ton dos veut bien prolonger ma caresse;
Il est écrit dans ton éternité
Que s’accordent à ta frileuse paresse
Ma main et son amour inquiété,
Ton temps échappe à la mesure humaine.
Clos comme un rêve est ton domaine.

 

Publié dans poésie | 8 commentaires

CHACUN EN SA BEAUTE

vforvendetta_006

Chacun en sa beauté vante ce qui le touche,
L’amant voit des attraits où n’en voit point l’époux ;
Mais que d’autres, narguant les sarcasmes jaloux,
Vantent un poil follet au-dessus d’une bouche ;

D’autres, sur des seins blancs un point comme une mouche ;
D’autres, des cils bien noirs à des yeux bleus bien doux,
Ou sur un cou de lait des cheveux d’un blond roux ;
Moi, j’aime en deux beaux yeux un sourire un peu louche :

C’est un rayon mouillé ; c’est un soleil dans l’eau,
Qui nage au gré du vent dont frémit le bouleau ;
C’est un reflet de lune aux rebords d’un nuage ;

C’est un pilote en mer, par un ciel obscurci,
Qui s’égare, se trouble, et demande merci,
Et voudrait quelque dieu, protecteur du voyage.

 

CHARLES SAINTE BEUVE

Publié dans poésie | 5 commentaires

DES AIRS DE SEDUCTION

femmeventail

Pour jouer sur les ombres,
Mettez mousseline !
Séduction divine…

Pour attirer son regard,
Mettez taffetas vermeil !
Eclats sans pareil…

Changer vos dessous,
Pour filets des dentelles !
Fascination éternelle…

Tracer beauté du point noir
Au filet de vos lèvres soir !
Séduction mémoire…

Poudrer vos joues,
Pour sentir parfum doux !
Caresse du trouble fou…

Relever cils gracieux
Des lueurs de vos yeux !
Délices langoureux…

Mais, entre nous, sachez,
Qu’en son cœur préféré
Sont ôtées vos tenues parures
Pour révéler vos attraits natures

Votre âme vraie ….Vous aimez !

 

marie louise ampilhac

Publié dans poésie | 4 commentaires

Il faut qu’on s’batte

IL FAUT QU’ON S’BATTE

couplenbras

 

Y a de la place dans l’appart’,
Assez pour pas qu’on se cogne…
Mais rien n’y fait
Je peux pas vivre sans toi mais tu m’agaces,
Tu m’fous en rogne
Non rien n’y fait
Solennellement on a juré qu’on s’ferait plus de mal désormais
Mais rien n’y fait
Résolution de premier d’l’an qu’on oublie dans l’instant
Non rien n’y fait

Il faut qu’on s’batte,
Il faut qu’on s’venge
A grands coups de lattes
Ou à l’arme blanche
C’est dans nos gènes,
Ça nous démange
Il faut qu’on s’batte

On avait rendu les armes,
Réussi à sécher nos larmes
Mais rien n’y fait
Négocié une trêve,
Scellé l’accord avec nos lèvres
Qu’est-ce que tu me plais

C’est sûr entre nous c’truc là ça marche à tous les coups
Mais rien n’y fait
Demain y aura des cris, y aura des drames, des cendriers qui planent
Rien n’y fait

Il faut qu’on s’batte,
Il faut qu’on s’venge
A grands coups de lattes
Ou à l’arme blanche
C’est dans nos gènes,
Ça nous démange
Il faut qu’on s’batte

Si on fait à ta guise,
Je finirai au cimetière
Et si tu lâches prise
Alors c’est moi qui t’enterre

Il faut qu’on s’batte,
Il faut qu’on s’venge
A grands coups de lattes
Ou à l’arme blanche
C’est dans nos gènes,
Ça nous démange
Il faut qu’on s’batte,
Il faut qu’on s’venge
A grands coups de lattes
Ou à l’arme blanche
C’est dans nos gènes,
Ça nous démange
Il faut qu’on s’batte

Publié dans chanson | Laisser un commentaire